Espace des Arts et Techniques // La Corne d’Or – résidence de création participative « (dé-)pays(-sements) chorégraphiques » #01

du 31 août au 18 septembre 2015 à Randonnai (61), foyer occupationnel pour personnes en situation de handicap.

sortie de résidence le 18 septembre 2015 / 18h à l’Eglise de Randonnai, avec l’aimable autorisation et soutien de Francis Pilfert, Maire de Randonnai et de son équipe municipale ainsi que de Jean-Claude Poisson, abbé de la paroisse Sainte Anne du Perche, le soutien de la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Basse-Normandie à travers le dispositif « Territoires ruraux, territoires de cultures » et du Parc Naturel Régional du Perche.

« Que ressent-on et qu’exprimons-nous avec notre corps en dansant ? Mélanie Marie et Nicolas Maurel reviennent sur le territoire pour provoquer rencontres et questionnements autour du corps, de la danse et de l’environnement de vie des randonnéen(ne)s.

Résidents de la Beaugeardière et artistes professionnels offriront lors d’une première présentation publique une danse proche de l’improvisation et de la performance. Elle marquera le début d’un travail chorégraphique et artistique qui se poursuivra toute l’année avec les habitants et en lien avec le paysage. »

avec Claire Lavernhe – danseuse, Mélanie Marie – chorégraphe, Nicolas Maurel – chorégraphe et danseur, Jonathan Bell – compositeur, les résidents et les équipes de la Beaugeardière en partenariat avec l’Espace des Arts et Technique / La Corne d’Or.

 

Intentions de résidence et de création…

« Aborder la question de la danse et du corps par le biais de l’interview et du paysage, c’est à dire trouver ce qui nous « lie » à ce territoire et aux sujets abordés en lien avec celui-ci au moment de cette rencontre est déjà en soi une sorte de rituel spectaculaire où, chacun se mettant en jeu, plus ou moins naturellement, se découvrira des affinités, des failles, des ressources insoupçonnées, des dévoilements enfin osés… Une fois identifiés et réinvestis au processus d’écriture, ils dégageront de nouvelles perspectives de rencontres et de jubilation imaginaires. Ce sont là les ressorts du jeu qui seront toujours remis en jeu et où l’écriture en direct ne s’éloignera pas beaucoup de la performance ou de l’improvisation tout en s’appuyant sur des matières chorégraphiques préalablement préparées. Ce seront les solutions trouvées aux problèmes ou questions posés qui feront entrer tout un chacun dans le travail du jeu et donc de son plaisir lorsqu’il est partagé ou de sa frustration lorsque l’on n’arrivera pas à s’y ouvrir. Nous serons guidés par la nécessité que nous a toujours inspirée le travail avec les personnes en situation de handicap. Une expérience qui se doit d’être partagé largement. »

Laurence Chevanne – coordinatrice générale de l’E. A. T.
d’après des notes de Mélanie Marie et Nicolas Maurel

Dossier de presse en téléchargement ici et revue de presse là !

518_001          L’occasion pour nous de revenir en amont de cette résidence sur la première le 11 avril 2009  à Randonnai du vrai/faux mariage de notre création en cours à l’époque Mariage ? ou Le ciel s’est dérobé sous mes pieds… immortalisé par la réalisation et le tournage d’un film/archive diffusé ensuite pendant le spectacle lors de cette mémorable journée (à vois plus bas !).

Nous avons d’ailleurs retrouvé le discours d’accueil à la mairie le célébrant et appelant peut-être aujourd’hui cette nouvelle résidence qui nous le présageons amènera le développement du projet chorégraphique présenté cet automne plus largement sur le territoire et en partage avec les autres habitants de la commune :

« Bienvenue à toutes et à tous, et tout particulièrement à vous, Mélanie et Nicolas.

Nous sommes très heureux de vous accueillir au sein de la maison communale de Randonnai dont nous vous demanderons de bien vouloir excuser l’absence de monsieur le maire, Francis Pilfert, retenu par ses obligations professionnelles. Ce sont donc à nous, ses adjointes, que revient la mission de célébrer en cette belle fin d’après-midi du 11 avril 2009, l’union entre Mélanie et Nicolas (avant d’écrire ces lignes, j’avais pris soin de consulter la météo).

Si pour vous, cette date restera à jamais graver dans vos mémoires, sachez qu’elle le sera également pour moi. En effet, nouvellement élue, je célèbre aujourd’hui, grâce à vous, mon 1er mariage. Je n’aurai jamais imaginé qu’il puisse être faux !

Un mariage, c’est l’occasion de faire la fête en réunissant la famille et les amis. Des amis, il semblerait que vous n’en manquiez pas, à voir le nombre de personnes présentes. Comme tous bons amis, ils se sont activés ces derniers jours autour des ultimes préparatifs. Depuis une semaine, les résidents de la Corne d’or, Marie, Sylvain et les enfants du centre de loisirs fabriquent les costumes et répètent à tout rompre la musique qui accompagnera le cortège et transformera ce banal samedi d’avril en un jour exceptionnel.

Votre famille aujourd’hui, est représentée par la municipalité, d’une part et l’Espace des Arts et Techniques de la Corne d’Or, d’autre part. Pour les mariés, c’est toujours le même défi. Comment faire, pour que deux familles qui ne se connaissent pas, qui partent avec des à priori les uns sur les autres, arrivent à tisser des liens ? C’est l’éternelle angoisse du futur couple «Crois-tu, que mon vieil oncle Francis (il n’est pas là, on en profite !) va s’entendre avec ta délicieuse cousine Marina ?» (En revanche Marina est là !).

Sur ce point soyez parfaitement rassurés. Dans la découverte de l’autre, c’est toujours le premier pas qui coûte. Et, c’est l’Espace des Arts et Techniques qui l’a fait, il y a 15 jours, en invitant la municipalité à présenter son exposition photos dans les locaux de la Corne d’Or. Aujourd’hui, la mairie est heureuse de pouvoir rendre cette invitation en esquissant un pas en direction de la Corme d’Or. Un pas pour se rapprocher de l’autre que l’on ne connaît pas, plus un autre pas, ce pourrait être le début d’une danse. Nous n’attendions que vous, Mélanie et Nicolas, de la compagnie A\corps, et votre travail sur la rencontre des publics pour nous initier à cet art. Maintenant que nous sommes dans une dynamique de l’altérité, nous poursuivrons ces moments d’échange. Je profite de l’occasion, pour demander à M. GOUSSIN, président de la Corne d’Or et à son conseil d’administration, de prévoir d’ores et déjà, l’augmentation du budget «café et petits gâteaux».

En mon nom, en en celui de la municipalité de Randonnai, permettez-moi de vous adresser tous nos meilleurs vœux de réussite dans votre projet, dont nous attendrons la suite avec impatience.

Maintenant, je vais vous demander de bien vouloir vous lever afin qu’Odile procède au mariage. » Madame Ravinet, maire adjointe à Randonnai le 11 avril 2009

Mariage? ou Le ciel s’est dérobé sous mes pieds… Randonnai (61) – création 2009 (film projeté pendant le spectacle) from A.ssociation M.ouvement A.rtrope on Vimeo.

vrai/faux mariage avant la représentation en théâtre de cette pièce chorégraphique et musicale conçue pour 2 danseurs et un ensemble balkanique de 6 musiciens et 1 compositeur.

Avec Mélanie Marie et Nicolas Maurel, Les Slonovski Bal: Tosha Vukmirovic -direction, sax, clarinette et chant, Antoine Girard -accordéon et chant, Ersoj Kazimov -derbouka et chant, Volan Berthou -tapan et chant, Bane Zdravkovic -guitare et chant, Daniel Puhek -contrebasse et chant.

Film réalisé et monté par Lin Delpierre (super8 numérisé projeté pendant la représentation).
Environnements sonores Jean-François Cavro.

Sur le site de La Corne d’Or, c’est ici en 2009 et là en 2015 !

Cette résidence est notament permise par les soutiens du Ministère de la Culture et de la Communication / DRAC Basse-Normandie dispositif Territoires Ruraux, Territoires de Cultures (2015), de la Ville de Falaise (mise à disposition de studios), de la Fondation Royaumont (dans le cadre de la création de (par-)cours et jardins chorégraphiques) et du Conseil Départemental d’Eure-et-Loir. 

Lien vers l’histoire de l’église ici !

Une réflexion au sujet de « Espace des Arts et Techniques // La Corne d’Or – résidence de création participative « (dé-)pays(-sements) chorégraphiques » #01 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *