Making of de l’affiche dévoilé à l’occasion de la présentation du festival musique et danse 2017 – Royaumont / 13 mai 2017

Dans cet article de novembre dernier, nous vous dévoilions les coulisses de la session photo (et vidéo!-) réalisée cet hiver pour la préparation de l’affiche et des visuels du Festival de Royaumont 2017. Un des éléments de « (par-)cours et jardins chorégraphiques » créé sur le site de l’Abbaye en 2015 avec Claire Lavernhe et Nicolas Maurel, puis repris lors du festival 2016, a été choisi pour re-mettre en valeurla programmation de cette nouvelle édition en accord avec l’ « esprit des lieux ».

Festival de Royaumont 2017 : le « making off » de l’affiche par Royaumont sur Vimeo ; plus sur le site de l’Abbaye de Royaumont en cliquant sur ce lien. Photos Quentin Bertoux, direction artistique Bruno Bernard, images vidéos et montage Honorine Reussard et François Mauger, direction de la communication Igor Szabason avec Claire Lavernhe et Nicolas Maurel.

Le « petit pont de bois » fait écho à la rénovation et au chantier qui se préparaient et qui se sont achevés à l’été 2016. Mais il avait aussi été imaginé et mis en place pour créer un lien, une ligne de force et de déplacement physique, de perspectives nouvelles entre les nouveaux jardins dit « contemporains » et la prairie au pied des bâtiments des Moines et des Latrines. Nous y avions, dès 2014 et régulièrement depuis, installé l’intermit-tente. Dès juin 2015 et lorsque « (par-)cours.. » était en gestation, la brouette a été « empruntée » au jardin des Tuileries,  pour y installer et transporter un téléviseur « hors-d’âge ». Nous y diffusions une vidéo de Lin Delpierre et de Jean-François Cavro réalisée lors d’une résidence au Lycée agricole de Thère et montée en partenariat avec le Théâtre de St-Lô (50) en 2010, préfigurant la création de « Et la TerRe ? » à l’Hipocampe à Caen (14) en janvier 2011.

C’est autour de cette installation que nous imaginions, à l’occasion de la reprise de « (par-)cours et jardins chorégraphiques » pour le festival de danser de Royaumont 2016, une scène faisant référence au célèbre « Angélus » de Millet. Référence vue également depuis en mai 2017 à Falaise, dans la dernière création d’Erwan Keravec et Mickaël Phelippeau : « Membre Fantôme » !-) Comme quoi en danse, rien ne se perd, tout se recycle ! (cf. Prototype #03 (2015-2016) : la citation, paradigme à la construction chorégraphique).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Claire Lavernhe sous le regard de Quentin Bertoux mis en scène graphiquement par Bruno Bernard et Igor Szabason.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *